L’INDUSTRIE 4.0 ET SON IMPACT SUR LES ACTIVITES LOGISTIQUES

Un peu d’histoire …

La première révolution industrielle a vu émerger la mécanisation grâce à la machine à vapeur, la seconde concernait l’arrivée de l’énergie fossile, la troisième, plus récente, faisait place à l’électronique et l’informatique.

Pour faire un parallèle avec l’industrie, nous pourrions qualifier d’industrie 1.0 la mécanisation, de 2.0 l’électrification, de 3.0 l’automatisation. L’industrie 4.0, que nous vivons actuellement, est liée au digital : elle fait bouger les lignes entre les écosystèmes physiques, numériques, et biologiques.

Communication et Industrie 4.0

Nous bénéficions depuis quelques années d’une évolution majeure dans nos moyens de communications. Même si la communication directe et orale reste déterminante, les échanges d’informations se font de plus en plus par voie numérique : nous sommes désormais connectés à de nombreux réseaux et pouvons accéder à nos données pratiquement partout.

Cette évolution agit également sur notre façon de travailler : les moyens de communication ont un impact direct sur la façon dont les hommes et les machines interagissent … mais aussi entre les machines elles-mêmes qui forment ainsi des systèmes autonomes.

Avantage Temps Réel

Au bénéfice de la miniaturisation des composants, et de la performance des systèmes d’information, les machines, les hommes, et les procédés sont connectés et interagissent permettant une organisation plus flexible, plus agile, bénéficiant d’une automatisation des processus, offrant ainsi des opportunités de pilotage et de décisions en temps réel.

Les bénéfices sont perceptibles tant en interne, sur une échelle verticale, où la connexion aux machines permet un accès global à l’information, indépendamment des strates hiérarchiques, qu’en externe de manière transverse, où les informations de l’entreprises peuvent être échangées avec les clients et leurs clients, ainsi qu’avec les fournisseurs et leurs fournisseurs.

Logistique interne

Les données enregistrées et capitalisées permettent une anticipation des évènements. Là où, par exemple, nous avons l’habitude d’attendre la confirmation de fabrication puis l’enregistrement des produits finis dans les stocks avant de déclencher un ordre de transport et de contacter un transporteur, les systèmes sont désormais en mesure d’identifier le démarrage d’un ordre de fabrication, de calculer les délais de mise à disposition des produits finis, et d’anticiper la commande du transport. L’effet est immédiat sur les lead-time, les coûts de possession, les niveaux de stock, et, au final, le besoin en fond de roulement (ou BFR ou cash flow) de l’entreprise.

Cette même révolution digitale permet de mettre en place de nouvelles façons de penser le stocks internes de l’entreprise, c’est ce qu’apporte par exemple la méthode DDMRP ©.

Logistique externe

Le logistique externe n’est pas en reste : les moyens de communications et autres outils de suivis à distance permettent une meilleure anticipation des niveaux de stocks et de leurs localisations. C’est le cas des pièces liées à la maintenance : identifier les niveaux d’usure et les risques de casse pour anticiper l’approvisionnement des stocks de maintenance aura un effet bénéfique sur la rationalisation de stocks, mais aussi sur l’anticipation d’éventuelles anomalies détectables via la remontée des données clients.

Prestation Logistique

Plus récent, le métier de prestataire logistique évolue également et bénéficie de cette industrie 4.0. Devons-nous l’appeler Logistique 4.0 ?

Mieux connectés avec leurs donneurs d’ordres, et bénéficiant de systèmes d’informations à même d’optimiser les flux physiques et la productivité, la numérisation permet aux prestataires de passer simultanément le cap du 3.0 et du 4.0, soit d’une activité essentiellement basée sur la valeur ajoutée humaine à des procédés très sophistiqués. L’automatisation des entrepôts, dont les dispositifs étaient essentiellement basés sur du convoyage, passe le cap du stockage automatisé et de la préparation de commandes. Les robots et autres cobots (systèmes d’assistances à la manutention) permettent de requalifier et d’améliorer les conditions de travail, de minimiser les impacts des pics d’activité, et de répondre aux difficultés d’emploi du secteur.

Transports

Les transports sont également concernés : la simplification des échanges via les RPA (Robotic Automatisation Process = automatisation des processus), permet des échanges sans intermédiaires entre chargeurs et transporteurs, affectations directes des ordres de transport en fonction de grilles assorties de tarifs et de taux de service, et information en temps réels des parties prenantes, dont le destinataire final.

De nouvelles organisations … du client au fournisseur

Les acteurs du transport et de la logistique, bénéficient donc d’outils plus performants pour assurer leur quotidien et répondre aux évolutions de la demande, demande qui elle-même évolue, au rythme de l’ère digitale. Le e-commerce et les offres de diversification ont un effet direct sur la configuration des stocks (à customiser le plus tard possible dans la chaine), des envois (plus petits et plus nombreux), des livraisons (plus disperses), …

Le monde évolue, le digital permet la mise en performance des organisations, répondant à des nouvelles promesses client, et les entreprises n’ont pas d’autre choix que de digitaliser leurs processus, sous peine de s’isoler et ne plus savoir communiquer avec leurs clients ou leurs fournisseurs … alors autant en faire bénéficier les organisations logistiques !

Besoin d’en savoir plus ?

N’hésitez pas à nous contacter pour identifier ensemble les marges de manœuvres offertes par le 4.0, et adaptées à vos besoins: SIMCO CONSULTING Tel. +33 (0) 178 423532.

 

SIMCO CONSULTING ORGANISE UN WORKSHOP CONCERNANT L' ENTREPÔT AUTOMATIQUE:

PARIS, 19 NOVEMBRE 2019 - H 9.00-16.00
NEOMA BUSINESS SCHOOL - 9 RUE D'ATHÈNES - 75009 PARIS, FRANCE

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU PROGRAMME DU WORKSHOP

Simco Italia  Simco Italia